Fruits de mer ou animaux de mer ?

DruckversionPDF version

En soupe, comme calamars frits ou en cocktail - beaucoup de gens apprécient les homards, les calamars et les crevettes comme spécialité de produits fins. Or en réalité, ces animaux marins sont des créatures étonnantes dont les facultés exceptionnelles sont malheureusement encore trop peu connues.

Homard

Les homards ont le sang bleu, ils machent avec leur estomac et atteignent le même âge que les éléphants. Les homards sont des animaux solitaires nocturnes qui vivent dans des grottes et sous des pierres à une profondeur de plus de 50 mètres. Contrairement aux prétentions de la part des vendeurs, il n'existe à l'heure actuelle plus de doute de ce que les homards - comme presque tous les animaux - sont sensibles à la douleur.

La plupart des scientifiques sont d'accord sur le fait que le système nerveux d'un homard est bien développé. Une étude actuelle de l' EFSA (European Food Safety Authority) de décembre 2005 conclut que les homards (ainsi que les crabes et les crustacés) disposent de facultés cognitives imporantes, d'un répertoire de comportements complexe, d'une conscience, d'une mémoire et de structures cervicales complexes et qu'ils sont sensibles à la douleur. Les crustacés sont classés dans la catégorie 1 par l'EFSA (cette catégorie regroupe les animaux capables de ressentir la douleur et le stress et méritant d'être protégés).1
Il est alors d'autant plus cruel de constater que ces créatures ne reçoivent aucun respect tout au long de leur calvaire. Ils sont en général jetés à vif dans l'eau bouillante. Des pièges non contrôlés les laissent souvent mourir de faim.  Pendant le transport et le stockage, les homards souffrent de l'extrême exigüité provoquant leur déshydratation, des maladies bactérielles et de coquille. Le traitement grossier des homards cause souvent des plaies et des blessures. En dehors de l'eau, ils ne peuvent pas respirer normalement, et dans les bassins il y a souvent des conflits avec d'autres homards. Les animaux souffrent également de températures changeantes, de la mauvaise qualité de l'eau et de blessures physiques. Il n'étonne alors pas que les États tels que l'Australie, l'Écosse, l'Angleterre et la Norvège aient interdit la cuisson à vif des homards dans de l'eau bouillante. Ces mêmes États projettent de déposer une proposition de loi telle qu'elle existe déjà en Autriche où l'on accorde au homard les mêmes droits qu'aux animaux vertébrés (loi en vigueur depuis le 1 janvier 2005).

Jeter le homard dans de l'eau bouillante
Bien que la cuisson à vif soit une des méthodes de préparation de homard les plus courantes, il est probable que celle-ci représente en même temps la plus cruelle.  (wie Qu'en diriez-vous si on vous faisait cuire à vif dans de l'eau bouillante ? Dans le journal «Science»,  le chercheur Gordon Gunter dénommait cette méthode d'abattage des homards comme «torture superflue». Ceux qui ont déjà fait cuire un homard à vif peuvent confirmer que les homards se convulsent de douleur lors qu'on les jette dans de l'eau bouillante; ils grattent les bords des marmites dans l'essai désespéré de fuir. Cette lutte peut durer plusieurs minutes jusqu'à ce qu'ils meurent. 2

Poulpes

Bien que les poulpes soient daltoniens, ils savent leur faculté d'adaptation à l'entourage est meilleure que celle des caméléons. Le changement de couleur et de motif de leur peau sert non seulement de camouflage, mais également de moyen de communication – les poulpes expriment ainsi leurs intérêts et leurs humeurs. Les poulpes sont capables de cognitions complexes, ils disposent d'une mémoire à long et à court terme, ils savent se servir d'instruments, ils apprennent par l'observation. Les poulpes font preuve de personnalités individuelles ainsi que d'une sensibilité à douleur marquée - des caractéristiques que l'on avait jusque là attribuées aux animaux vertébrés uniquement. 

Dans étude récemment publiée dans le «Biological Bulletin», Binyamin Hochner, chercheurs en neuro-sciences à l'Université de Jérusalem, souligne l'intelligence étonnante des poulpes : « Ce sont surtout les parties cérébrales responsables de la mémoire et de l'apprentissage de l'octopus qui sont tout à fait comparables à celles des vertébrés. »3

Crevettes, moules & co.

Grâce à leur système nerveux complexe, les crevettes sont sensibles à la douleur et sont capables de ressentir de la souffrance.

En 2000, la « production » de ces petits crustacés dépassait les 3 millions de tonnes (!). L'océan ne pouvant rendre cette quantité depuis longtemps, les crevettes sont élevées dans des fermes acquatiques. Ces élevages connaissent les mêmes problèmes que l'élevage de poissons : un nombre croissant de poissons sont nécessaires comme nourriture (huile ou farine de poisson) pour les crustacés, on détruit les forêts de mangrove (offrant une bonne protection contre les tsunamis) uniquement pour avoir plus de place pour les cultures acquatiques, on emploie des médicaments afin d'empêcher une mort précoce des animaux.4
Or la plupart des petits animaux crustacés sont pêchés dans la mer. Lors de la pêche des crevettes, les fonds de la mer sont rasés par des filets à mailles serrées. Cela détruit toute vie au fond de l'océan, car à part les crevettes, il y a plein d'autres animaux marins qui périssent dans les filets :  étoiles de mer, moules, coquilles, baleines, oiseaux de mer, requins.

Fruits ou animaux ?

Leurs amateurs les appellent « fruits de mer ». Cette appellation donne l'impression de ce qu'il s'agit d'un aliment mis à disposition naturelle de l'océan, en quantité de ressources renouvelables.  Or en réalité, les homards, poulpes et crevettes sont tout aussi menacés que tous les autres habitants de la mer.

Bernadette Raschle

Trad. Olivia Villard

Notes de bas de page:
  1. Lien à une étude actualisée en janvier 2007 : www.efsa.europa.eu/science/ahaw/ahaw_opinions/1286_en.html
  2. Il y a d'autres manières de tuer un homar. La liste complète est disponible sur le site web de Peta : www.peta.de/freiheitfuerhummerde/hummer_schmerzlos_tten.412.html
  3. http://www.stern.de/wissen/natur/tintenfische-glibber-mit-grips-577149.html
  4. Plus d'informations dans l'article : «Lachs: Mastschwein der Meere»
+ d'infos: