Notre air

DruckversionPDF version

Selon l'Organisation mondiale de l'alimentation de l'ONU, l'élevage d'animaux de rente contribue davantage au réchauffement climatique que l'ensemble du traffic mondial. Malgré ce fait, le sujet est ignoré de manière conséquente dans la plupart des discussions sur le climat.

Illustrant les affirmations d'organisations reconnues au plan international, cette page vise à démontrer le rapport concrèt entre le propre comportement alimentaire de chacun et le changement climatique.

 

International Panel for Sustainable Resource Management du United Nations Environmental Programme (UNEP / PNUE)

 

L'étude suivante publiée par l'ONU le 2 juin 2010 parle clair : 

[L'agirculture] est responsable de 20% des émissions de gaz à effet de serre, de 60% des émissions de phosphore et d'azote et de 30% des émissions toxiques en Europoe, en particulier des produits chimiques. 

Déjà la moitié de la superficie mondiale est utilisée pour l'agiculture et 70% de la consommation totale d'eau. [page 66]

Une réduction substentielle de ces effet ne serait possible qu'avec un changement global fondamental de l'alimentation, en dehors des produits d'origtine animale. [page 82]

Achim Steiner, Secrétaire général de l'ONU et directeur exécutif du PNUE résume :

Le Comité a examiné toutes les preuves scientifiques disponibles et a conclu que deux grands domaines ont actuellement un impact disproportionné sur les populations et les systèmes de survie de la planète: l'énergie sous forme de combustibles fossiles et l'agriculture, en particulier l'élevage pour la production de la viande et des produits laitiers. 

Pour consulter l'étude complète : Assessing the Environmental Impacts of Consumption and Production
Plus d'infos quant à l'étude disponible chez EVANA.