Sondage Végé

DruckversionPDF version
Sondage

Combien de personnes ont une alimentation végétarienne en Suisse ? Combien sont véganes ? Des questions de plus en plus fréquentes. Étant donné que jusqu’à ce jour, il n’y a jamais eu de chiffres précis et actuels, Swissveg a chargé l’entreprise d’analyse de marché DemoSCOPE d’effectuer un sondage représentatif1. Pour la première fois en Suisse, le nombre de personnes véganes ont également été sondé. En voici les résultats réjouissants. 

Une personne sur 7 ne mange pas de viande

D’abord le plus important : 14 % de la population suisse mangent végétarien ou végane (11 % de végétariens, 3 % de véganes). S’y ajoutent 17 % qui se disent flexitariens. De fait, environ un tiers de la population fait consciemment attention à une alimentation sans ou avec peu de viande et 69 % de la population mangent régulièrement de la viande et/ou du poisson.

Parmi les jeunes âgés entre 15 et 34 ans il y a même 6 % de véganes. En somme, cet âge compte aussi plus de personnes végétariennes et flexitariennes. Les personnes consommant le plus de viande sont le plus souvent âgées entre 35-54 ans (76 %).

En Suisse alémanique, il y a un nombre plus significatif de végétariens qu’en Suisse romande (12 % contre 5 %). En outre, le nombre de personnes carnivores est moins élevé en Suisse alémanique (67%) qu’en Romandie (76 %).

Ce qui frappe, c’est que le nombre de femmes parmi les personnes végétariennes qui est de 70 %, alors qu’il n’y a que 40 % de femmes parmi les véganes.

Les raisons principales pour le renoncement à la viande étaient les suivantes : le bien-être des animaux (78 %), raisons éthiques (60 %), raisons écologiques (58%), comme contribution au ravitaillement alimentaire du monde (40 %) ainsi que (35 %) pour la santé .

Surtout les femmes évitent la consommation de viande

Chez les hommes, la consommation de viande est significativement plus élevée que chez les femmes (consommation quotidienne: 24 % des hommes contre 15% pour les femmes, plusieurs fois par jour : 6 % des hommes et 2 % des femmes). En somme, 20 % des personnes interrogées indiquent manger de la viande chaque jour et d’autres 60 % disent qu’ils consomment de la viande plusieurs fois par semaine. Pour les produits laitiers, la consommation quotidienne concerne 47 % de la population ; 11 % mangent des produits laitiers plusieurs fois par jour.

La tendance végane

Les résultats démontrent que le nombre de personnes véganes a beaucoup augmenté. 17 % des personnes véganes sondées indiquent avoir une alimentation végane depuis 6 à 10 ans. 20 % sont véganes depuis 3 à 5 ans, et la plus grande partie (56 %) se dit végane depuis moins de 3 ans. Le terme ‘tendance’ a beau avoir une connotation parfois négative, les résultats actuels démontrent clairement que l’alimentation végane connaît un grand essor. Une tendance qui va de pair avec un changement observable et progressif dans le temps. Tout laisse supposer que ce mouvement n’est pas encore à son apogée. 

 

Beaucoup plus de personnes véganes parmi les citadins

Seul 20 % de personnes se disant végétariennes ou véganes vivent/habitent dans des régions rurales.

 

En comparaison avec la Suisse alémanique, il y a que 21 % des personnes véganes en Romandie. Le sondage n’a pas été effectué au Tessin.

 

Le niveau de formation a-t-il une influence sur le mode alimentaire ?

Parmi les personnes véganes, il y a un nombre important qui ont une formation supérieure (47 % des véganes). Globalement, les personnes ayant une formation supérieure consomment beaucoup moins de viande que la moyenne de la population.

 

Raisons contre le végétarisme ?

Parmi les raisons les plus fréquemment avancées qui motivent leur consommation de viande, on trouve la réponse «parce que j’aime la viande» (75 % des personnes omnivores interrogées), suivis par « pour des raisons de santé » (30 %), « cela (le végétarisme) ne m’a jamais intéressé » (29 %), « pour le goût » (25 %) et « par habitude » (23 %). A ce titre, il semble qu’il y ait encore un grand besoin d’information et de renseignement sur les bienfaits pour la santé que comporte une alimentation végétale. 13 % des flexitariens disent continuer de manger de la viande en raison de leur entourage, pour 18 % d’entre eux il est trop compliqué de renoncer à la viande. Autrement dit, si les options végétales dans les restaurants et les cantines s’élargissaient, il serait alors nettement moins compliqué de ne plus manger de viande. En effet, la demande semble évidente.

En bref ...

La personne végane « moyenne » en Suisse a entre 15 et 34 ans, est cultivée et vit en ville. Ce type d’alimentation jouit d’un vaste intérêt et connaît encore un grand potentiel de développement. Même si on trouve également plus de personnes végétariennes parmi les jeunes (comme pour les véganes), elles sont actuellement représentées dans toutes les couches sociales. En outre, les chiffres parlent clairement quant à la perception positive des alimentations végétariennes et végane de la part de la population. Cela notamment grâce au travail d’information infatigable de Swissveg qui encourage un nombre croissant de personnes à se décider pour une alimentation végétale.

 

Les diagrammes à télécharger

 

Notes de bas de page:
  1.  Le sondage a été menée du 26.01 au 18.02.2017 avec 1296 personnes sondées (CAWI ad hoc) en Suisse alémanique et Suisse romande âgées de 15 à 74 ans. L'intervalle de confiance est de +/- 2,8% (à 50%).