La Chine avide de viande

DruckversionPDF version

Une tranche de viande sur quatre finit dans l’assiette d’un Chinois. Cette boulimie de viande commence toutefois à avoir des incidences sur la santé publique, alors même que la consommation de viande continue de diminuer aux Etats-Unis.

 

Aux Etats-Unis, bien que la quantité de viande consommée par habitant reste supérieure à la moyenne, on constate une chute continue des ventes de l’industrie de la viande. Alors que celles-ci atteignaient un pic en 2004 avec 125,9 kg de viande par personne et par an, la tendance s’est inversée au grand bonheur des végétariens pour atteindre 119,7 kg en 2009, accusant ainsi une baisse d’un pourcent par année. La même évolution se fait sentir en Allemagne: en 2012, chaque habitant a consommé 2,1 kg de viande en moins que l’année précédente pour un total annuel de 59,5 kg. En Suisse, le végétarisme se réjouit d’une sympathie certes timide, mais néanmoins croissante.[1]

Alors que la population des pays industrialisés se détourne progressivement de la viande, c’est le contraire qui se produit dans les pays dits émergents tels que la Chine, l’Inde ou le Mexique, où notre style de vie dispendieux est de plus en plus pris pour modèle.

 

Commerce de viande dans le monde

Malgré cela, le commerce de viande ne cesse de croître à l’échelle mondiale. D’après les calculs de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’industrie de la viande a produit plus de 300 millions de tonnes en 2012. La consommation de viande par habitant se situait donc en moyenne à 42,5 kilos par an. Une augmentation record (40% en six ans) si l’on considère que ce chiffre n’était encore que de 30,7 kilos en 2006. Le clivage reste important entre pays riches et pays pauvres, mais ceux-ci comblent rapidement leur retard. La FAO table sur une hausse continue du commerce de viande international de 2% pour une production de 1% par an.[CE1] 

 

Consommation de viande en Chine

La Chine illustre très bien quelles sont les incidences d’une consommation excessive de viande qui a quadruplé en trente ans pour s’élever à 42 kilos par habitant et par an. Les retombées de cette fringale se font déjà sentir.

 

Chine, pays des superlatifs

Quand 1,35 milliard de Chinois réclament de la viande, cela induit des conséquences monumentales. Voici quelques chiffres effrayants:[2]

Plus d’un quart de la viande produite dans le monde est consommé en Chine.
La consommation de viande en Chine se monte à 71 millions de tonnes.
Les Chinois ont une préférence pour le porc, qui compte pour trois cinquièmes dans la consommation générale de viande.
Un porc sur deux est élevé en Chine, qui en dénombre 476 millions.
En moyenne, chaque habitant de Chine mange 38 kilos de porc par année.
En 1978, la production de volaille était pratiquement inexistante en Chine. Elle a explosé jusqu’en 2012 pour atteindre 13 millions de tonnes, autrement dit 14 kilos par personne.
La consommation de viande de boeuf se monte à 5 kilos.
Les fermes de pisciculture chinoises produisent 37 millions de tonnes, ce qui correspond à 60% de la production mondiale.
60% des exportations de soja mondiales sont destinées à la Chine.
En 2011, la Chine a récolté 450 millions de tonnes de céréales: c’est la récolte la plus importante jamais produite à l’échelle d’un pays.
L’année passée, la Chine était encore autosuffisante. Depuis 2013, elle ne produit plus assez de maïs pour couvrir ses propres besoins et sera donc, elle aussi, dépendante de la production des autres pays.

Tableau comparatif de la consommation de viande depuis 1990 à aujourd’hui

 

Conséquences sanitaires

A l’heure actuelle, les affections cardiaques sont la première cause de mortalité dans le monde. Les scientifiques expliquent ce phénomène par une alimentation trop riche en graisses saturées telles qu’elles sont contenues dans les produits animaux.

 

Tableau comparatif de l’augmentation des maladies depuis 1990 à aujourd’hui

 

Cancer

Il est démontré que la consommation quotidienne de préparations à la viande de porc augmente de 21% le risque de cancer de l’intestin. Une étude publiée dans la revue «The Lancet» en juin 2013 révèle qu’en Chine le nombre de personnes souffrant d’un cancer de l’intestin est en hausse et que l’alimentation de moins en moins saine serait responsable d’une grande partie des cas de cancer.[3]

 

Diabète

Le nombre de personnes atteintes de diabète a littéralement explosé en Chine depuis l’essor de la consommation de viande de porc et d’autres aliments typiques de l’alimentation occidentale. Une synthèse réalisée par la revue Diabetologia indique que le risque de contracter un diabète augmente de 42% chez les personnes qui consomment régulièrement des produits carnés élaborés.[4]

En 2011, le diabète a fait un million de victimes en Chine. Aujourd’hui, 90 millions de Chinois souffrent de diabète. Ce chiffre devrait grimper à 130 millions d’ici à 2030. Une nouvelle étude publiée par le réseau JAMA constate que le diabète est désormais plus répandu en Chine qu’aux Etats-Unis.[5]

 

La solution, le végétarisme

Environ 5% des Chinois seraient maintenant végétariens. Il reste à espérer que toujours plus de personnes reconnaîtront les conséquences dramatiques de la consommation de produits animaux et mettent ainsi le holà à la destruction des humains, des animaux et de l’environnement. Il y a urgence: la terre ne résistera pas longtemps à une telle exploitation.

 

Bernadette Raschle

 

[1]     En 2012, la consommation de viande par année et par habitant se montait à 51,72 kilos, accusant un recul de 3,4% par rapport à l’année précédente (2011: 53,53 kilos).

[2]     http://www.earth-policy.org/plan_b_updates/2012/update102

[3]     http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS1470-2045(05)70422-8/abstract

[4]     http://www.diabetologia-journal.org

[5]     http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=1734701

+ d'infos: