Addiction

DruckversionPDF version

En parlant de dépendance et de toxicomanie, l'on pense souvent à des drogues illégales comme la cocaïne, l'héroïne ou le haschisch. De plus en plus aussi à l'alcool, au tabac ou aux pilules. Or celles qui sont beaucoup plus répandues ne sont souvent pas discernées en tant qu'addictions, vu qu'on satisfait constamment notre appétit de ces substances.

Comment expliquer sinon par les substances conditionnantes que la plupart des personnes continuent à manger de la viande malgré les faits connus ?
Qu'il s'agisse du climat, de la souffrance des animaux ou même de la propre santé : c'est dur de renoncer au morceau de viande dans l'assiette. La situation est encore pire quant aux produits laitiers, en particulier du fromage : En Suisse, la consommation de produits laitiers était de 140 kg / personne en 2002 (en comparaison : pour les fruits, ce n'étaient que 84 kg).1
L'article suivant montre que l'hypothèse de ce que les produits d'origine animale pourraient rendre accro se fonde sur des bases scientifiques.

La viande rend-elle accro ?

En avril 2000 on avait fait le sondange suivant aux États-Unis : « Renonceriez-vous à la viande pendant 8 jours pour 1000 dollars ? » Environ un quart des personnes questionnées disent qu'elles préfèrent renoncer à l'argent qu'à la viande pendant seulement 8 jours.
Les scientifiques ont constaté que les triglycérides, un groupe de graisses sanguines, influençaient ce type de comportement alimentaire. Les triglycérides activent certains gènes situés dans l'hypothalamus. Ces gènes activent l'appétit féroce, affirme Sarah Leibowitz de l'Université Rockefeller (New York)2 . La chercheuse s'occupe de ce sujet depuis longtemps. Elle a pu expliquer l'effet stimulant des triglycérides sur l'appétit ; en outre, ces mêmes triglycérides seraient responsables du fait qu'une alimentation riche en matières grasses causent des bourrelets de graisse. Leibowitz part du fait qu'un seul plat gras suffise pour activer les triglycérides et de mettre en marche le cercle vicieux de l'appétit du gras et des réserves de graisse. En général, ce mécanisme entre en vigueur lorsque la teneur en matières grasses alimentaires d'une personne dépasse les 30 %. Ce principe est valable pour presque tous les aliments riches en matières grasses. Il faut noter à ce terme que le grand problème réside en le fait qu'à l'heure actuelle, les aliments les plus gras sont d'origine animale : des produits carnés et laitiers.

Loin de n'être qu'une habitude, la consommation de viande a des caractéristiques similaires aux drogues dures : En purgeant quelqu'un de Naloxon3, cela aura le même effet que chez une personne addicte aux drogues : l'envie de viande (et de poisson) diminue. Heureusement cette dépendance physique peut être annulée déjà au bout de 3 semaines avec une alimentation végétarienne.

Sucre et lait

Les nourrissons sont déjà «conditionnés» au sucre. Chaque nouveau-né est habitué à ce que le lait maternel soit sucré (par le lactose) ainsi qu'aux fruits murs sains qui ont également un goût sucré. Suite à l'absorption de sucre dans le corps, le cerveau libère des opiates qui élèvent le taux de dopamine dans le sang, ce qui cause une humeur positive. Cet effet ne se produit d'ailleurs pas, si la mère était dépendante de drogues pendant la grossesse.
A part le sucre, le lait maternel contient des substances identiques à la drogue morphium. Or ces substances se produisent uniquement en tant que produits métaboliques de la protéine caséine dans le corps. C'est aussi la raison pour laquelle il a fallu si longtemps avant que l'on ait découvert ce processus. Pour l'allaitement, cela signifie que le conditionnement du nourrisson à sa mère est accentuée grâce aux sentiments positifs produits par les morphines.
Or la nature n'avait jamais prévu que des animaux adultes y inclus les hommes continuent à boire du lait destiné aux nourrissons. Étant donné l'autonomie des adultes voire qu'ils sont capables de survivre de manière autonome (contrairement aux nourrissons), une dépendance à l'âge adulte n'est pas sensée.

Addiction au fromage : la plus forte de toutes

L'ampleur de l'addiction au fromage avait été constaté par l'organisation de médecins PCRM aux États-Unis en préscrivant lors d'une étude une alimentation végane saine et pauvre en graisse à quelques personnes pendant 14 semaines. Les effets sur la santé étaient énormes : à la fin de la période d'étude, tous les participants avaient un poids corporel idéal, les diabétiques s'étaient libérés de leur maladie du sucre et l'ensemble des taux sanguins étaient meilleurs qu'au début de l'étude. Quand on leur avait demandé ce qui leur avait manqué le plus, la réponse était univoque : le fromage. Cela était dû au fait que le fromage fait partie des aliments les plus riches en caséine et peut donc être classé parmi les aliments aux plus grands effets conditionnants.

Accros au chocolat ?

L'effet addictif du chocolat fait partie des expériences quotidiennes de beaucoup de gens. Il en existent également des preuves scientifiques.
Le chocolat contient (par le cacao) : de la cofféine, de la théobromine, de la phénylethylamine et de l'anandamide. En outre, le chocolat contient souven aussi du lait et du sucre. Il serait alors étonnant si ces composants ne produisaient pas d'effet addicitif.
Pour s'assurer, on a fait des expériences sur des personnes qui avaient une forte addiction au chocolat : on leur donna des antagoniste opiacés qu'on emploie également lors des cures de désintoxication dans le cas de drogues fortes comme l'héroïne. L'effet fut le même que chez les personnes addictes à d'autres drogues illégales : les sujets participants ont perdu leur appétit du chocolat.

Chocolat sain

Ces dernières années ont été publiées plusieures nouvelles études quant aux avantages de la consommation du chocolat, vu les substances saines pour la santé contenues dans le cacao.4 Il y avait un point commun à toutes les études : l'ensemble des caractéristiques du cacaco dites bénéfiques pour la santé disparaissaient dès qu'un chocolat contenait du lait. C'est aussi la raison pour laquelle on recommande la consommation de chocolat noir (=sans lait). Vu la croissance continuelle du marché pour le chocolat noir, il existe déjà maintenant du chocolat noir contenant du lait. Il est alors préférable de consulter la liste des ingrédients que de se fier uniquement à la couleur du chocolat.

Renato Pichler

Sources :

Dr. med. Neal Barnard: Breaking the Food Seduction – The Hidden Reasoins Behind Food Cravings
et :
VegSource HEALTHY LIFESTYLE EXPO 2003: Chocolate, Cheese, Meat, Sugar: Physically Addictive Foods

 

Notes de bas de page:
  1. Gemäss 5. Schweizer Ernährungsbericht 2005, Seiten 14–19

  2. Liu Z., Chang G.Q., Leibowitz S.F.: Diacylglycerol Kinase zeta in Hypothalamus Interacts with Long Form Leptin Receptor. Relation to dietary fat and body weight regulation. Journal of Biological Chemistry, 2001 Feb. 23; 276(8):5900-5907.

  3. Naloxon ist ein Opioid-Antagonist. Dass heisst, es wirkt den Opiaten entgegen, indem es selbst die Rezeptoren im Gehirn, die z.B. von Heroin benötigt werden, blockiert. Deshalb wird das Medikament verwendet, um festzustellen, ob eine Person drogenabhängig ist, und um eine Überdosis zu behandeln.

  4. 2:0 für die Bitterschokolade, Bild der Wissenschaft, 12.12.2008